Chargement...

©2021 grandparissud.fr
Tous droits réservés

IAN CAULFIELD

Comme tout droit sorti d’un film de Larry Clark ou de Gus Van Sant, Ian Caulfield renverse l’idée d’insouciance regrettée, comme un môme défendrait sa cause. Sa parole, dans ses propres courts métrages, et au sein de sa musique, réattribue au bas-âge le mérite de se poser des questions brutes auxquelles on s’attend trouver les réponses en grandissant.

Touché par les sales gosses qui ont agité les années 1990, il n’est jamais bien loin de Kurt Cobain, qui conduit le mouvement punk du nord des Etats-Unis, ainsi que des groupes de Britpop retentissant Outre-Manche. Pape du sous-genre britannique, Damon Albarn transcende les époques en posant sur Caulfield son empreinte, Blur et Gorilla confondus.

Sans basculer dans le genre, son écriture n’est pas sans rappeler les teintes sombres et saccadées du rap de Nekfeu. Le musicien ne se limite cependant pas dans une temporalité restreinte, et s’applique à faire vivre les histoires qu’il conte, rappelant au loin Souchon ou encore Brassens. Armé de sa guitare, le grand enfant livre ainsi des rêveries qui sauront parler à chacun.

En direct de Facebook
En direct de Twitter
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus