Chargement...

©2016 Grandparissud.fr
Tous droits réservés

Retour

Partenaires

  • Partenaires

Le RIF

Le RIF, nouveau réseau régional des musiques actuelles en Île-de-France

Le 10 avril, 120 acteurs musicaux franciliens ont voté à l’unanimité la transformation du RIF en réseau régional.
Après plus de 15 ans d’un modèle confédéral qui a largement contribué au développement et à la structuration du paysage musical francilien, les structures adhérentes des réseaux Pince Oreilles (77), CRY (78), Rezonne (91) et Réseau 92 ont en effet choisi de fusionner au sein du RIF, qui fédère également le Combo 95 et le MAAD 93 en tant que réseaux associés.

À l’issue de cette journée historique, le RIF, dans sa nouvelle organisation, intègre de fait l’ensemble des adhérents de ces réseaux et l’adhésion est désormais ouverte à toutes les structures franciliennes désireuses de contribuer à cette nouvelle aventure.

Les enjeux sont majeurs : transformation des pratiques musicales, mutations sectorielles, recompositions territoriales et évolution des politiques publiques… Dans ce contexte, le RIF a pour but de fédérer et développer toutes initiatives d’intérêt général pour œuvrer au développement équitable et solidaire du champ des musiques actuelles en Île-de-France et plus généralement au renforcement de la diversité artistique et culturelle.

Porté par une organisation articulant finement local et régional, le RIF, ses adhérents et ses salarié.e.s agiront à toutes les échelles du territoire francilien, au plus près des populations, des musicien.ne.s, des acteurs musicaux, des collectivités...

Pour mettre en œuvre ce projet, les adhérents ont élu un conseil d’administration de 22 membres, paritaire et axé autour d’une double représentation : par territoires et typologies d’activités. Les membres du CA ont ensuite désigné le bureau, également paritaire (composition de ces deux instances ci-dessous).

Cette journée du 10 avril vient conclure un long travail collectif d’introspection et de réflexion prospective, qui a été véritablement exemplaire de responsabilité et d’engagement.

Nous avons hâte désormais de pouvoir nous projeter avec l’ensemble des adhérents et partenaires pour écrire cette nouvelle page de l’histoire des musiques actuelles en Île-de-France.

http://www.lerif.org

FEDELIMA

La FEDELIMA est, depuis le 1er janvier 2013 [1], un réseau national qui regroupe des lieux et projets dédiés aux musiques actuelles sur l’ensemble du territoire français. Ses bureaux sont basés à Nantes. Elle a pour objet de fédérer et développer toute initiative d’intérêt général en matière de musiques actuelles, d’aider ses membres à anticiper les mutations culturelles, économiques, technologiques, politiques et sociales, de les soutenir dans leur développement en proposant les moyens et outils adéquats dans un souci de complémentarité et de coopération, et ceci du niveau local à l’international.

En interaction avec le secteur professionnel, les partenaires publics et territoriaux, les artistes, et plus largement la société civile, la FEDELIMA développe ses activités fédérales en construisant des démarches et processus collectifs et participatifs, largement ouverts.

Le projet de la FEDELIMA s’articule autour de trois pôles de développement

1. Le pôle activités artistiques et culturelles
2. Le pôle environnement territorial et professionnel
3. Le pôle structuration des lieux

Et de trois fonctions transversales à sa mise en œuvre

1. L’observation et la production d’analyses et études
2. L’accompagnement des adhérents
3. L’information, la valorisation des projets de la fédération et de ses adhérents

En s’appuyant sur ces trois pôles et fonctions à sa mise en œuvre, la FEDELIMA contribue tant à la structuration de ses adhérents que du secteur des musiques actuelles. Ses actions ou travaux se fondent sur des analyses collectives partagées de l’évolution du secteur des musiques actuelles, en lien avec les observations et besoins de ses adhérents. Dans ce but, elle travaille en partenariat avec de nombreuses instances dont les principes d’actions, valeurs, champ d’intervention, missions et actions trouvent des points de convergence avec ceux de la fédération.

REGION

L’Île-de-France, qui abrite 49% des emplois culturels de l'Hexagone, est la région française la plus accueillante pour le spectacle vivant. Or ce secteur dynamique, créateur de lien social et structurant pour le territoire, a été durement frappé et fragilisé par les attentats du 13 novembre 2015. Et il a vu l'effort financier du ministère de la Culture en sa faveur baisser entre 2012 et 2016. Face à tous ces constats, le nouvel exécutif régional a fait de la culture un axe majeur de sa politique, avec un budget en hausse de 12% depuis 2015, et de 20% d’ici à la fin de la mandature.

L’aide régionale au spectacle vivant – théâtre, cirque, danse, arts de la rue, musiques actuelles… – s’est longtemps articulée autour de 11 dispositifs. De manière générale, les porteurs de projets émergents, qui débutent leur activité, accèdent difficilement aux aides régionales. Après avoir mené pendant plusieurs mois une concertation avec les professionnels du secteur, la Région a décidé de revoir son action pour la rendre plus efficace et plus inclusive pour les Franciliens.

DRAC

La DRAC assure la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation des actions qui relèvent des politiques nationales en faveur de la musique. Le périmètre d’intervention couvre l’ensemble des champs esthétiques de la musique et les secteurs de l’enseignement et de la formation, du patrimoine, de la création, de la diffusion et de l’action culturelle.

Ces missions concernent en particulier :
  • le suivi des établissements de label national et des réseaux nationaux ( CNCM -Centre national de création musicale, SMAC – Scènes de musiques actuelles, , CCR - Centre Culturel de Rencontres, Orchestres, Scènes nationales )
  • le développement des programmes d’intervention (scènes conventionnées, lieux de musiques, résidences, festivals, réseaux, Adiam/Ariam)
  • la mise en œuvre des dispositifs d’aide à la création musicale
  • la gestion des procédures de formation : de professeur de musique sur épreuves, VAE musique
  • le suivi des établissements d’enseignements spécialisés du spectacle vivant et la gestion des bourses d’enseignements spécialisés, les actions en faveur des pratiques amateurs ;
  • la structuration de l’enseignement supérieur culture
  • l’expertise et le conseil

DEPARTEMENT

Le schéma départemental des enseignements artistiques voté le 26 octobre 2007 et adopté à l’unanimité par l’Assemblée départementale est dorénavant le cadre de référence dans lequel doivent s’inscrire les collectivités et les structures en charge d’un enseignement artistique dans les domaines de la musique, de la danse et de l’art dramatique si elles souhaitent bénéficier d’un soutien départemental.

L’ambition du schéma départemental est de favoriser une offre d’enseignement artistique de qualité et de proximité.

Pour cela le Département propose aux collectivités volontaires la signature d’un contrat d’objectifs et de moyens qui, à partir d’un diagnostic partagé, permet d’atteindre des objectifs de développement des enseignements artistiques sur les territoires concernés.

Accompagnement des lieux de musiques actuelles

Deux catégories sont définies, les structures totalement ou partiellement dédiées (c’est-à-dire développant d’autres champs d’intervention).

Ces lieux sont au nombre de 15. Un contrat d’objectifs de 3 ans est mis en place et précise les pratiques et le développement artistiques en matière de musiques actuelles et de pratiques culturelles. Les lieux de musiques actuelles s’engagent à répondre à un certain nombre de critères comme la diffusion, les répétitions, la formation et l’information.

CNV

La mission du CNV est de soutenir le spectacle vivant de musiques actuelles et de variétés, grâce aux fonds collectés par la taxe sur les spectacles et par la redistribution de ceux-ci sous la forme d’aides financières aux divers porteurs de projets

Ces activités lui permettent de développer une mission, plus récente, d’observation du secteur afin d’améliorer la connaissance des conditions de production et de diffusion des spectacles en France. Il a aussi pour tâche de suivre le programme et le cahier des charges des Zénith.

Il organise la solidarité entre tous les acteurs du système. La plupart des aides du CNV sont réservées à des opérations (tournées, créations, festivals, programmations de salles,…) qui génèrent elles-mêmes de la taxe ; elles contribuent ainsi au réinvestissement des sommes collectées pour monter de nouveaux projets. Ainsi s’organisent la coopération et la mutualisation entres « grosses » et « petites et moyennes » entreprises, entre entrepreneurs privés et institutions publiques ou subventionnées, entre marché et secteur public, voire entre approches « mondiales » et « locales ».

Communauté d'agglomération Melun Val de Seine

L'Empreinte est partenaire de l'agglomération Melun Val de Seine pour ce qui est le travail des musiques actuelles. L'organisation des concerts Amplifiés, l'accompagnement des groupes de l'agglomération ainsi que l'accompagnement des groupes lycéens sur le concert inter-lycées.

http://www.melunvaldeseine.fr/

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus